Amérique du Sud Colombie

San Gil, Barichara et Guadalupe: le département Santander en Colombie

Après la chaleur moite de la côte Caraïbes colombienne, changement de décor et de climat : direction San Gil et d’autres villages du département Santander, Barichara, Guane et Guadalupe. 

San Gil, la ville des sports extrêmes en Colombie

Pour nous rendre à San Gil, nous avons expérimenté notre première nuit dans un bus. Nous avons pris le bus de nuit depuis Santa Marta, un grand bus tout confort avec de supers sièges inclinables, et même le wifi!! Le bus était loin d’être plein, nous étions à peine une dizaine. Et fait exprès ou non, le film diffusé ce soir était Intouchables! Doublé en espagnol!! Gros fous rires pour nous.

Arrivés à Bucaramanga sur les coups de 04h30, la connexion pour San Gil était finalement assez simple malgré l’heure matinale, nous avons attendu moins d’une heure. Et il y avait pas mal de monde déjà !!

Vers 09h nous voici au terminal de bus de San Gil. Nous rejoignons à pied notre hôtel situé dans le centre, soit quasiment 30 minutes de marche avec les gros sacs et une jolie montée bien pentue !! Notre hôtel est bien plaisant, tenue par une petite famille colombienne.

Nous passerons la journée tranquillement à flâner dans la ville, découvrir le marché local et ses almuerzos à 6000 COP (soit 1.8 €), nous renseigner et choisir les activités des jours suivants et siester 🙂

Marché de San Gil

Marché de San Gil

san_gil_foodumonde_01

Chaque almuerzo commence par une soupe de grand mère !

Chaque almuerzo commence par une soupe de grand mère !

S’envoyer en l’air à San Gil

Le lendemain, c’est THE journée! A Jardin, nous avions déjà testé la descente en rappel. Là, nous avons opté pour un baptême de parapente !! Et oui, nous avons beau avoir le vertige tous les deux, nous continuons de combattre le mal par le mal !!

Le matin, cependant, nous ne faisons pas les fiers. Après un léger petit déjeuner -il est conseillé de ne pas trop manger avant- nous attendons patiemment que l’on vienne nous chercher. Nous avons choisi pour ce baptême de parachute de survoler le canyon de Chicamocha.

Première étape au bureau du club de parapente, il faut se peser: alors entre le changement de régime alimentaire, les épisodes maladie et peut être aussi les épisodes randonnée nous avons maigri tous les deux ! Et Damien de façon plus spectaculaire encore, avec 15 kilos en moins de 4 mois !

S’ensuit alors un petit film explicatif sur l’équipement, comment on décolle -il faut courir puis se rassoir sur le siège -, comment ça se passe en l’air avec les courants chauds, comment ça se passe si on veut faire quelques acrobaties et l’atterrissage.

Il est temps de se mettre en route, nous sommes à la fois impatients et un peu anxieux !! Le site est tout simplement magnifique et la perspective de survoler tout ça nous donne le tournis !

Il a d’abord fallu attendre que les conditions climatiques soient optimales avec un peu plus de vent, ensuite, nous nous sommes lancés! Je suis du regard Damien qui prend son envol, et c’est à mon tour. Gros fou rire au décollage, car une fois harnachée mes pieds ne touchent plus terre de sorte que la partie où l’on est censé courir j’ai pédalé dans la semoule 😂

En l’air, tout est apaisé. Énorme sensation de planer un peu comme un oiseau, avec juste le bruit du vent sur la toile. Nous serons restés presque 45 minutes en vol, même si les 10 dernières minutes seront consacrées à essayer de retourner au point d’origine. Au final, nous serons les deux seuls à atterrir en bas près de la rivière faute de vent favorable.

Au final, nous avons adoré notre baptême de parapente. Les premières minutes sont chargées en adrénaline, quand les pieds ne touchent plus le sol le premier réflexe est de s’accrocher à son siège. Et après on réalise que c’est inutile, le corps se détend, et on se laisse porter. Et c’est magique.

Damien au décollage!

Damien au décollage!

Survol du canyon de Chicamocha

Survol du canyon de Chicamocha

Descente du Rio Suarez en rafting

Autre activité très prisée à San Gil, le rafting. Nous avions déjà expérimenté le rafting au Costa Rica avec la descente du Rio Pacuare avec des classes III et IV. Au Rio Suarez près de San Gil, il est possible de se frotter à des classes V!

Après avoir un peu hésité en raison du budget, nous nous sommes décidés. Bah oui, même si le budget n’est pas illimité, l’envie est trop forte !

Le bilan: Rio Suarez 1, Rio Pacuare 0. Même si vraiment nous avions adoré notre journée à Pacuare, c’était finalement bien plus tranquille que ce que nous avons vécu au Suarez. Et le moins que l’on puisse dire c’est que nous n’avons pas chômé!

Nous avons enchaîné classes III à V, avec plein plein d’adrénaline, de fous rires et de fun avec un très bon groupe. Le rafting est vraiment devenue une de nos activités préférées! Le Rio Suarez est le deuxième spot de rafting du continent, le premier étant au Chili si nous avons bien compris… A explorer lors d’un prochain voyage …

En pratique à San Gil:

  • Se rendre à San Gil: depuis Taganga, rejoindre le terminal de Santa Marta (1h30 avec les bouchons, 1400 COP). Il y a 3 compagnies au moins proposant des bus de nuit pour Bucaramanga, ne pas hésiter à faire jouer la concurrence. Nous avons payé 50 000 COP le trajet de 08h environ. Prendre ensuite un bus pour San Gil, 17 000 COP pour 03h environ, ne pas hésiter à descendre un peu avant le terminus, plus près du centre. Sinon, c’est une bonne vingtaine de minutes à pied, ou 4000 COP en taxi.
  • Se loger: nous avons dormi à l’hostal San Gil, à deux pas de la petite place centrale. Hostal familial très sympathique, 47 000 COP la chambre avec sdb partagée.
  • Où manger:
    • le marché local offre des almuerzos à des prix imbattables, 6000 COP, nous n’avons pas trouvé aussi peu cher dans tout le pays. A ce prix, bonne soupe de grand mère, plat principal avec riz, banane, salade, et poulet / porc / boeuf au choix à minima, ainsi que du thé glacé à volonté !!
    • Pour les envies de burgers, il y a Gringo Mikes, compter 20 000 COP environ pour un EXCELLENT burger avec des frites. Rien à envier aux burgers de New York !
    • En face de Gringo Mikes, il y a un petit italien qui prépare des lasagnes maison à tomber pour 15 000 COP.
  • Activités: nous avons tout reservé par l’intermédiaire de notre hôtel, les prix sont sensiblement les mêmes partout. Compter 170 000 COP (environ 50 euros) pour survoler le canyon de Chicamocha en parapente. Pour le rafting au Rio Suarez (avec des classes III à V) compter 130 000 COP (environ 37 euros, transport et repas inclus).

 

Barichara et Guane: calme et tranquillité

Entre deux activités à sensation à San Gil, nous avons intercalé une journée « détente » au paisible village de Barichara, situé à 1h de bus.

Découverte de Barichara

Dès nos premiers pas sur la place d’i village, nous remarquons que beaucoup de personnes ont le nez en l’air. Et pour cause, il y a tout simplement un phénomène naturel des plus étonnants, un magnifique arc-en-ciel tout rond !!

Un bel arc en ciel tout rond !

Un bel arc en ciel tout rond !

Revenus de notre surprise, nous entreprenons notre découverte du village. Pour certains, Barichara est le plus beau village de Colombie. Alors effectivement, après quelques heures à flâner nous aimons beaucoup le charme tranquille qui y règne, mais ça me suffit pas à déloger Jardìn de notre coeur !

Barichara

Dans les rues de Barichara

Petite placette

Petite placette

Tout est bien calme

Tout est bien calme

L'église sur la grande place

L’église sur la grande place

Randonnée sur le Camino Real jusque Guane

Depuis Barichara, il est possible d’emprunter le chemin pavé historique reliant le village à Guane, un des villages voisins. Sur la route, il est difficile d’admirer le paysage magnifique car nous avons le regard rivé sur nos pieds. Et pour cause, les pavés très inégaux menacent à tout instant de nous faire trébucher!!

Néanmoins, moyennant quelques pauses paysage, nous profitons pleinement de cette petite marche de 09km bien bien paisible. Pas grand monde ce jour là, puisque nous ne rencontrons en 02h que deux autres personnes: des touristes français !

Arrivés à Guane, nous découvrons ce village encore plus petit que Barichara. Même ruelles pavées, les murs blancs, et ce charme tranquille. Nous en avons quand même plein les pattes, surtout pour ce jour repos 🙂

Dans le bus de retour pour San Gil, c’est simple, nous ne verrons pas le temps passer. Après quelques mois de voyage, nous voici rompus à nous endormir n’importe où!

El Camino Real, de Barichara à Guane

El Camino Real, de Barichara à Guane

Panorama sur la route

Panorama sur la route

Sur la place de Guane

Sur la place de Guane

En pratique à Barichara:

  • Se déplacer: depuis San Gil, prendre le bus au petit terminal situé près du marché, 4600 COP pour 1h environ. Depuis Guane, il y a un bus par heure et quart (15h15, 16h15 etc, jusque 18h15). 6 600 COP le trajet.
  • Le Camino Real: depuis Barichara, prendre la rue qui part de la place situé à droite de l’église. Ca monte jusque une petite placette avec une petite église. Le camino part sur la gauche, il y a un panneau au début.

 

Guadalupe et la rivière Las Gachas

Notre arrivée à Guadalupe

Guadalupe est un petit village situé à 02h de San Gil et pas encore très visité. C’est simple, quand nous faisons part de notre prochaine étape, nos interlocuteurs même locaux confondaient avec Guatape.

Alors d’où nous est venue cette idée? Pas d’un guide de voyage puisque nous voyageons sans guide, mais de blogs de voyage ! Nous avions repéré cette destination dans le formidable blog See Colombia de Chris. Et ensuite nous avons pu voir que Charline et Alex de Charlex World puis Mathilde et Philippe de Voyages à deux sacs s’y sont rendus très peu de temps avant nous !

Après 1h de bus depuis San Gil, nous changeons pour un pickup bien poussiéreux à Oiba. Nous arriverons en milieu d’après midi sur une belle place agrémentée de hauts palmiers tous alignés.

Très vite, nous nous rendons compte que nous sommes les deux seuls gringos du coin ! Il y a bien au moins 5 personnes dans un laps de temps très court qui nous indiquent les quelques hôtels du village.

Nous posons bien vite nos sacs, et nous allons nous rafraîchir sur la place avec une bonne petite glace, comme plein de locaux ici ! Une véritable institution ! A peine le temps de la digérer que nous sortons dîner: bah oui, nous avions un peu la flemme de cuisiner le soir même, et les restaurants ici le soir sont fermés et le dernier ouvert ferme à 18h30.

Sur la place de Guadalupe

Sur la place de Guadalupe

Au restaurant Bonanza, qui fait aussi hôtel, pour nous faire patienter avant l’arrivée des plats on nous apporte un livre sur le village. Très très bonne idée, un peu comme un bel album de famille. Nous reconnaissons dans les photos des enfants et d’autres personnes déjà croisées!

Après ce bon dîner, nous nous laissons gagner par le rythme local et nous nous endormirons bien tôt !!

La fabuleuse rivière rouge Las Gachas et ses jacuzzis

Le lendemain matin, malgré un temps un peu tristoune nous nous dirigeons à pied vers notre objectif: la rivière Las Gachas. A la sortie de la ville, nous suivons le petit panneau indicatif et en moins d’une heure nous voici arrivés les pieds dans l’eau de cette rivière étonnante.

La couleur des algues confère à la roche une teinte rouge qui ne se révèle totalement qu’au soleil. Tout au long de cette rivière, nous admirons les multiples « trous » ou « jacuzzi » comme ils se font appeler ici, tous de taille et profondeur différente.

Las Guachas, Guadalupe

Las Guachas, Guadalupe

Les algues donnent cette couleur rouge

Les algues donnent cette couleur rouge

Attention, y a un trou !

Attention, y a un trou !

Ça glisse un peu, alors hop, nous cachons les chaussures et nous remontons pieds nus la rivière !! Malgré la température fraîche de l’eau, nous nous laissons tenter par une petite et rapide trempette. C’est pas tous les jours que l’on peut se baigner dans un endroit pareil !

Après avoir bien profité, nous rentrons déjeuner toujours au même restaurant. Pour la première fois, nous n’aurons pas de chance sur la soupe du jour. Nous la prenons les yeux fermés, mais très vite ça se transforme en soupe à la grimace: il s’agit d’une soupe de tripes. Et clairement, nous ne sommes pas fan!

L’après midi, nous nous rendons à la rivière El Salitre qui a elle aussi quelques petits jacuzzi mais de façon moins impressionnante que las Gachas.

El Salitre

El Salitre

Non loin, il y a une étendue d’eau où manifestement les locaux aiment venir s’y baigner, il y a même des cabines de changer ! Mais bon, pour le coup, ça ne nous a pas donné très envie, alors nous avons repris le chemin du village afin de nous adonner au petit rituel de la glace sur la grande place. Ah c’est vraiment très dur pour nous parfois …

En pratique à Guadalupe

  • Se rendre à Guadalupe: depuis San Gil, prendre le bus jusque Oiba, il y au moins un bus par heure avec plusieurs compagnies. Compter 1h de trajet pour 10 000 COP. Ensuite, il faut prendre un pick up pour Guadalupe. Nous n’avons pas du attendre beaucoup, environ une demi heure. 6 600 le trajet d’une heure.
  • Se loger: nous avons dormi à l’hôtel Colonial pour 40 000 COP la chambre double avec sdb privée. Possibilité de cuisiner sur place si on ne veut pas manger trop tôt dehors !
  • Où manger : à l’hôtel restaurant Bonanza, l’almuerzo est à 10 000 et est bien copieux. Attention à demander cependant ce qu’il y a dans la soupe, nous avons eu des tripes, et c’était bien la première fois et nous ne sommes pas fan 🙂 Possibilité de dîner jusque 18h30 pour 8 000 COP.
Petite soupe aux tripes !

Petite soupe aux tripes !

You Might Also Like

1 Commentaire

  • Reply
    Villa de Leyva, Mongui et le paramo de Oceta: le département Boyaca en Colombie - Foodumonde
    14 septembre 2016 at 5 h 05 min

    […] San Gil, Barichara et Guadalupe: le département Santander en Colombie […]

  • Laisser un commentaire

    quatre × 1 =