Amérique Centrale Panama

Premiers pas au Panama: Bocas del Toro

Après notre séjour plus que pluvieux au Costa Rica, il nous tarde de nous rendre au Panama et de retrouver un peu de soleil, pour cela, direction Bocas del Toro!

Passage de frontière Costa Rica Panama à Sixaola

Avant de partir de Cahuita, nous avons goûté une dernière fois aux viennoiseries de Cafe y Delicias et nous avons ensuite sauté dans un bus direct pour la frontière à Sixaola. A peine sortis du bus, nous sommes assaillis par plusieurs taxis que nous refusons net. Avec nous, il y a un couple d’anglais qui visiblement ne parle pas un mot d’espagnol.

Nous nous faisons alors escorter par deux rabatteurs jusqu’à un kiosque où ils nous informent qu’il faut payer la taxe de sortie du territoire. C’est un peu douteux là comme ça, car rien ne fait vraiment officiel. Sur la route, je vois néanmoins un panneau indiquant qu’il faut payer la taxe de sortie dans une pharmacie. Même si le kiosque ne ressemble pas vraiment à une pharmacie nous tendons quand même nos passeports et obtenons un reçu qui semble correct.

Ensuite, deuxième étape, nous devons faire tamponner le passeport pour sortir du Costa Rica. Nous suivons alors le mouvement et traversons un pont qui a été construit juste à côté de l’ancien pont qui permettait d’arriver au Panama.

L'ancien pont reliant le Costa Rica au Panama

L’ancien pont reliant le Costa Rica au Panama

Bienvenido!

Bienvenido!

Troisième étape, nous nous acquittons d’une taxe un peu douteuse, puisque nous n’obtenons qu’un ridicule petit papier qui n’est même pas demandé lors de la quatrième et dernière étape, l’entrée au Panama.

Ce qu’il faut retenir : pour rentrer au Panama, tout comme au Costa Rica, il faut pouvoir montrer une preuve de sortie de territoire dans les 90 jours. Nous avions pour le coup un vrai billet d’avion puisque nous nous rendrons en Colombie avec Viva Colombia. Le billet a été scruté avec suspicion mais nous avons enfin eu notre tampon d’entrée!

Nous avons trouvé ce passage de frontière un peu dispersé puisque nous avons enchaîné 4 endroits successifs. Il n’y a pas vraiment d’indication sur place, nous avons juste suivi le mouvement mais il est facile de louper une étape et d’entrer dans le pays sans tampon, à déconseiller!

Se rendre à Bocas Del Toro depuis Sixaola

Pour se rendre à Bocas Del Toro, il est possible de prendre le bus local pour Changuinola et ensuite changer pour Almirante, avant de prendre le bateau. Nous nous sommes laissés convaincre pour un shuttle partagé avec le couple d’anglais qui venait comme nous de Cahuita. Avant de monter dans la voiture, nous réglons le trajet non sans nous apercevoir que nous payons 5 dollars de moins qu’eux. C’est le résultat d’une négociation ardue avec notre espagnol magnifique! Mais nous sommes persuadés qu’il était encore possible de descendre. Mais bon, nous sommes un peu limités avec nos es muy caro.

Nous arrivons en moins d’une heure à Almirante, puis nous montons dans une lancha qui nous emmène très rapidement à Bocas, sur l’île principale de Colon, où nous résiderons.

Notre B&B est situé un peu à l’écart de la rue principale, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Il est tenu par un couple d’italiens pas beaucoup plus âgés que nous. Ils vivaient dans une région d’Italie apparemment très peu ensoleillée, de 10h à 14h au mieux et ils sont venus ici notamment pour trouver le soleil! Le feeling est tout de suite très bon, si bien que nous demandons à prolonger le séjour sur place pour rester 4 nuits.

Bocas Del Toro est en fait un archipel et la principale ile est Colon, où atterrissent les avions sur une minuscule piste. De là, les possibilités sont multiples pour explorer soit Colon même, soit les îles environnantes: les taxis bateau ne manquent pas!

Détente sur l’île de Caranero

Dès le jour de notre arrivée, nous voulons profiter du soleil à la plage. Nous prenons alors un bateau pour l’île d’en face, Caranero, accessible en moins de 5 minutes. Le bateau nous a déposé sur une petite plage non loin de Bibi, the place to be, ou plutôt le seul restaurant visible du coin. La plage est quasiment déserte, et l’eau est délicieuse, le soleil bien présent. Nous aimons déjà le Panama!

Sur l'île de Caranero

Sur l’île de Caranero

En rentrant à notre hôtel, nous apprenons les événements survenus à Nice. Nous redescendons vite de notre nuage, et restons scotchés sur les infos. Nous voilà replongés quelques mois auparavant… Cela ne s’arrêtera donc jamais ? Maintenant, quand nous disons que nous sommes français, nous n’avons plus droit aux banalités sur Zidane, sur Paris la magnifique. Non, maintenant, la première chose venant à l’esprit des personnes que nous rencontrons, ce sont les attentats en France.

Les étoiles d’Estrella Beach et le soleil de Bocas Del Drago

Nous nous réveillons le lendemain sous un ciel pluvieux. Après un excellent petit déjeuner, nous décidons néanmoins de nous mettre en route pour explorer l’autre côté de notre ile. Nous prenons un minibus sur la place principale. Un peu moins d’une heure de route après, nous voilà déposés sur la playa Bocas Del Drago. Un soleil timide fait son apparition.

Bocas Del Drago

Bocas Del Drago

En route vers la playa Estrella

En route vers la playa Estrella

Nous décidons de rallier à pied la playa Estrella en longeant la mer pendant une quinzaine de minutes. Une fois arrivés, nous dépassons les restaurants de plage, les bars bruyants et allons à l’extrémité où il n’y a … personne. L’eau est chaude, et le soleil encore plus à présent.

Nous nous mettons en quête des fameuses étoiles de mer, mais les trouvailles sont maigres. Nous n’avons trouvé que deux étoiles de mer en tout et pour tout. Bon nous sommes quand mêmes contents, n’en ayant jamais vu en vrai avant mais nous nous attendions à un vrai « tapis » d’étoiles. Seulement, lorsque l’on voit le comportement de certains touristes, qui vont jusqu’à sortir l’étoile de l’eau pour prendre des photos, nous comprenons vite pourquoi les étoiles, elles ne sont plus là. Et pourtant, il y a pas mal d’affiches stipulant de ne surtout pas les toucher mais il y a des indélicats partout, y compris sur ce petit paradis.

Notre première étoile de mer!

Notre première étoile de mer!

Plage de rêve

Plage de rêve

Comment ne pas aimer Bocas Del Toro?

Comment ne pas aimer Bocas Del Toro?

Nous aurons passé une superbe journée, avec pour seul mot d’ordre détente.

Le retour de la loose à Cayo Zapatillo

Nous avons pris un peu la confiance la veille avec le soleil qui était avec nous. Nous avions donc réservé pour une excursion à la journée pour aller au Cayo Zapatillo, lieu qui a l’air tout bonnement paradisiaque. D’ailleurs je ne résiste pas à l’envie de montrer ce à quoi l’on s’attendait.

Le Cayo Zapatillo. Crédit photo www.wheresthegringo.com

Le Cayo Zapatillo. Crédit photo www.wheresthegringo.com

Nous nous sommes réveillés sous un ciel bleu éclatant, mais au fur et à mesure que l’heure du début de l’excursion approchait, les nuages arrivaient.

Nous partons donc sous la pluie, sur un petit bateau avec une quinzaine d’autres touristes ayant eu la même bonne idée que nous. Premier arrêt, nous faisons un stop pour aller voir, de loin, des dauphins nager. Nous nous croyons un peu en pleine foire : alors que certains bateaux stoppent le moteur en s’approchant pour ne pas faire fuir les dauphins, d’autres arrivent à toute berzingue en leur fonçant dessus. Cela donne un vrai moment d’émotion à regarder les dauphins avec en bruit de fond les moteurs…

Nous repartons ensuite sous une pluie battante en direction du Cayo Zapatillo. Nous avons abandonné tout espoir de soleil, mais au moins, qu’il ne pleuve pas tant ! En effet, la mer est noire sous le ciel d’un gris très menaçant, au loin des éclairs. Nous avons hâte d’arriver.

A l’approche du cayo, évidemment, nous n’avons pas le paysage de carte postale attendu. Nous voyons surtout d’autres touristes arrivés avant nous dont la plupart sont regroupés sous l’unique abri.

Le Cayo Zapatillo tel que nous l'avons vu

Le Cayo Zapatillo tel que nous l’avons vu

Quitte à être trempés, autant se baigner, et à vrai dire, il fait meilleur dans l’eau qu’en dehors ! Nous sommes cependant très déçus, car le temps ne permet pas d’apprécier le lieu à sa juste valeur.

Première expérience de Deep Boarding

Après déjeuner, nous repartons en mer pour nous arrêter dans une crique ou certains feront du snorkelling tandis que d’autres s’essaieront à la pratique du deep boarding.

Le deep boarding c’est quoi ? Il s’agit en fait d’une planche tenue par une corde au bateau. Il faut s’y accrocher, les bras tendus en avant, et par un appui vers le bas nous voilà plongeant dans l’eau, pour remonter, il suffit de redresser la planche vers le haut. Nous nous retrouvons un peu en position superman à plonger et remonter comme un petit dauphin. C’est une très ludique façon de découvrir les fonds marins. Il faut cependant avoir le maillot de bain bien accroché quand le bateau accélère!

Le deep boarding c'est fun!

Le deep boarding c’est fun!

En pratique

  • A la frontière : taxe de sortie du Costa Rica, 8$. Il est certes possible de payer en colones mais à un taux très désavantageux. A l’entrée du Panama, taxe d’1$ qui ne semble pas officielle. S’attendre à devoir produire une preuve de sortie du territoire.
  • Aller à Almirante : depuis la frontière Sixaola, en shuttle partagé, compter environ 8$ par personne.
  • Aller à Bocas Del Toro: a Almirante, compter 6$ pour la lancha
  • Dormir à Bocas Del Toro: nous conseillons fortement le B&B Surfari! 35$ la chambre avec salle de bain privée, climatisée, excellent petit déjeuner, très bon accueil nous avons adoré! Nous sommes loin des standards des hôtels où nous allions au Guatemala ou Nicaragua, et le budget s’en ressent, mais nous étions très très bien
  • Se rendre à Caranero : en bateau taxi, compter 2$
  • Se rendre à Bocas Del Drago : prendre le mini bus sur la place centrale, 5$ l’aller-retour. Il y a trois retours possibles l’après midi, 13h30, 17h et 17h30. Compter un peu moins d’une heure de trajet
  • Excursion au Cayo Zapatillo : toutes les agences proposent sensiblement la même excursion au Cayo, avec arrêt dauphin, paresseux, snorkelling etc. Nous avons choisi Under Sea car c’est la seule proposant l’activité de deep boarding.

Manger à Bocas Del Toro

Nous avons opté pour des délicieux sandwichs au beurre de cacahuète le midi, confectionnés par Damien. Le soir, il y a beaucoup d’options de restaurants à la cuisine plus ou moins internationale.

Nous avons testé:

  • Le Barracuda:  italien, qui ne nous laisse pas de souvenir impérissable. Parce qu’une bruschetta sans la moindre trace d’ail, nous disons non !
  • Capitan Caribe: un food truck qui n’a pas du rouler depuis belle lurette. Les hamburgers sont délicieux, nous avons testé le Carribeen: pain de coco, steak, banane plantain caramélisée, chutney tomate et ananas et peut être d’autres choses encore. Un pur délice!! Rien à envier à Big Fernand dont nous sommes fans à Paris.
  • La italiana pizza bar: une bonne option pour une pizza pour petit budget, mais qui ne restera pas dans nos annales
  • Bocart Restaurant: notre vrai coup de coeur! Le chef est espagnol, et cela s’en ressent. Nous avons commencé par des mini bouchées de bienvenue, suivies par des patatas bravas délicieuses. En plat principal, paëlla et poulpe mariné au miso. Nous avons beaucoup apprécié ce repas, un vrai restaurant comme nous n’en faisons pas souvent.
Mises en bouche au Bocart

Mises en bouche au Bocart

La paëlla du bonheur!

La paëlla du bonheur!

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

12 − six =