Asie Indonésie

Entre repos et temples à Yogyakarta et Borobudur

Après nos nuits blanches au Kawah Ijen et au Bromo, nous avons pris la route ou plutôt le train pour Yogyakarta

Il ne restait de libre que la première place, qui équivaut à la seconde à SNCF en France. Bref, nous y avons bien dormi, bien mangé, et n’avons presque pas vu le trajet passer!

Yogyakarta sans se forcer

À peine sortis de la gare, une horde de taxis se jettent sur nous. Sans trop exagérer ! Étant donné notre grand amour pour les taxis, nous préférons marcher un peu et tenter le bus local. Après quelques essais infructueux, nous trouvons enfin un bus nous rapprochant de notre guesthouse, c’est bon, nous posons les sacs!

Alors il faut être honnête, hormis notre excursion à Borobudur,nous n’avons pas fait grand chose à Yogyakarta. Le contre coup des randonnées de nuit? Fatigue de voyage? Toujours est il qu’on s’est bien laissé vivre! Nous avons bien tenté de visiter le palais royal mais nous avons loupé le coche, il n’est ouvert que le matin… C’est donc au détour d’une balade à pied que nous nous régalons d’un ultime bakso dans un super boui-boui où le frère de la cuisinière est juste trop content de nous parler. C’est toujours agréable de constater que la (bonne) nourriture permet de dépasser les barrières du language !!

Après déjeuner, nous tombons un peu par hasard sur le Taman Sari et ses bassins, créé par/pour le premier sultan. Nous terminerons notre balade par la Jalan Malioboro, LA rue commerçante par excellence !

Les bassins de Taman Sari

Les bassins de Taman Sari

Se faire prendre en photo comme une star à Borobudur

Nous avons délibérément choisi de faire l’impasse sur Prambanan pour nous concentrer sur Borobudur. D’abord parce-que trop de temple tue le temple. Comme nous avions encore Bagan et Angkor au programme entre autres.. mieux vaut ne pas frôler l’overdose dès le début de notre périple en Asie du Sud Est! Puis aussi parce que pour l’entrée de Prambanan Et de Borobudur, il faut quand même compter 30$ par personne.. mais cela reste énorme pour le pays pour DEUX temples qui plus est!

Et encore, nous faisons également l’impasse sur le lever du soleil sur Borobudur: pour cela, il faut ajouter un supplément !

C’est donc en bus local que nous nous y rendons en un peu moins de 02h de trajet. Une fois sortis du bus, des taxis motos nous proposent avec force leurs services pour nous rendre à l’entrée, nous déclinons. Après un check sur maps.me, c’est quand même à 2.5 km et l’heure tourne, nous voulons échapper à la foule des gros bus touristiques.

Nous tentons de monter dans un bus navette local qui nous annonce un tarif acceptable, mais le chauffeur nous fait descendre sous la pression des taxis motos!! Perso, je suis bien énervée qu’on nous empêche de prendre un bus alors je les engueule en anglais mais bon, va savoir qui aura compris. Ça renforce encore plus notre amour pour les taxis. Nous filons donc à pied: finalement l’entrée du site n’est qu’à 15 min de marche tant mieux!

Le parking du site est déjà blindé d’immenses cars, pour la visite matinale sans personne on repassera. C’est donc avec des centaines, voire des milliers de fervents visiteurs que nous entrons sur le site. La majorité des visiteurs est locale, nous tombons en plein vacances dans le pays. Pour un touriste occidental, il y a peut être 100 indonesiens. Toujours est-il que Damien ne passe pas inaperçu, loin de là, et se fait paparazzier et même suivre pour une photo! J’ai carrément l’impression de me balader avec une STAR! Évidemment, je suis transparente, c’est à peine si j’attire l’attention hormis pour prendre ladite photo.

Damien et ses fans

Damien et ses fans

Et encore d'autres fans

Et encore d’autres fans

Il y a du monde à borobudur !

Il y a du monde à borobudur !

Sinon, le site en lui-même est aussi impressionnant que les images que nous en avions vues laissaient deviner. Ce temple bouddhiste a la particularité de posséder également des éléments hindous dans les bas reliefs. Mais il est surtout connu pour ses trois derniers étages sur lesquels reposent des stuppas en forme de « cloches » abritant des bouddhas. Et le lever du soleil doit carrément y être magique…

Stuppas à Borobudur

Stuppa à Borobudur

Les fameuses "cloches" ou stuppas

Les fameuses « cloches » ou stuppas

Suite et fin à Jakarta

C’est en train que nous rejoignons Jakarta. Nous enchaînons avec un bus jusque l’aéroport où nous dînerons avant de tourner (énormément) en fond pour trouver la navette gratuite mise à disposition de notre hôtel. Les taxis à l’aéroport appliquent des tarifs vraiment exhorbitants pour les 5km nous éloignant de l’hôtel..

Nous sommes un peu déçus de ces deux notes successives négatives avec les taxis à l’aéroport de Jakarta et surtout à Borobudur. Bon ça ne nous enlève pas nos bons souvenirs de Bali et Java mais c’est dommage de ne pas terminer sur quelque chose de plus sympathique comme contact local!

En pratique

  • Train Probolinggo Yogyakarta : 280 000 IDR en première classe.
  • Où dormir à Yogyakarta : Rumah Panjaitan, 195 000 IDR pour une chambre double avec sdb, climatisée, et petit-déjeuner. Il y a des stations de bus à 10 min à pied. Le Kraton (palais royal) et Taman Sari sont accessibles à pied.
  • Où manger à Yogyakarta : pour varier les plaisirs, nous recommandons Nanamia Pizzeria, à deux pas de notre guesthouse. Très bonnes pizzas pour changer du nasi Goreng !
  • Se rendre à Borobudur: se rendre à la station de bus Jombor ( en bus Trans Joga 2B pour 3500 IDR) et y prendre le bus pour 25 000 IDR. Le deuxième trajet dure environ 1h
  • Entrée à Borobudur: 260 000 IDR (soit quand même 18€!)
  • Train Yogyakarta Jakarta : 263 000 IDR en classe business.
  • Bus gare aéroport à Jakarta : 40 000 IDR depuis la gare de Gambit
  • Où dormir à Jakarta : POP! Hotel Airport Jakarta, 23€ la nuit en chambre double avec sdb privée et petit déjeuner. Navette gratuite depuis et vers l’aéroport, toutes les heures.

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

dix + douze =