Amérique Centrale Panama

Les îles paradisiaques San Blas au Panama

Même si avant de débuter notre voyage nous n’avions pas d’idée précise sur notre itinéraire au Panama, une certitude, nous voulions nous rendre sur les îles San Blas.

Depuis la France déjà nous rêvions de ces îles paradisiaques dénichées sur des blogs traitant des diverses façons de passer la frontière Panama Colombie. Il faut savoir que toute option terrestre est exclue à moins de vouloir traverser la jungle et ses trafiquants de drogue.

En effet, il est possible de réaliser une croisière en voilier (très coûteux) ou en speed boat tout en passant quelques jours sur les îles. Nous avions donc initialement prévu de faire appel à San Blas Aventures pour effectuer la traversée, mais nous nous sommes ravisés. En effet, les témoignages trouvés sur internet ne nous ont pas donné envie de partir en groupe organisé. Nous préférions l’option ile déserte pas trop peuplée. Nous avons donc réservé un vol pour Medellin en Colombie avec la compagnie low cost Viva Colombia. Et nous avons réservé par ailleurs un petit séjour de 3 nuits aux San Blas, loin de la modernité de Panama City.

Jour 1: arrivée aux San Blas sur l’île de Chichime

La journée a commencé très tôt puisque nous étions prêts pour 05h30 en bas de notre hôtel. Nous n’avons pas trop attendu que le 4&4 vienne nous chercher. À bord, deux touristes danoises.

Nous ferons un premier arrêt à l’hôtel Sheraton pour récupérer 3 canadiens. C’est assez drôle car ils échangent leurs impressions avec les danoises sur leurs hôtel respectifs. Elles sont au Hard Rock hôtel, et les deux hôtels ont un rooftop, une piscine, un bar etc. Nous, personne ne nous pose de questions. Bon nous aurions juste dit que la nuit n’est pas très chère quoi.

Au bout d’une petite demi-heure, nous faisons un autre arrêt à un supermarché. Les repas sont compris avec la nuitée sur les îles, mais pas les boissons: il est recommandé, en plus de quelques snacks, d’apporter de l’eau en conséquence ou autres boissons. Prévoyants, nous avions déjà fait nos courses la veille et avions fait le plein de douceurs et autres petites cochonneries à grignoter.

Nous reprenons la route, et, lorsque nous quittons la route principale pour tourner vers les collines, il s’ensuit une heure de trajet mouvementé. Mieux vaut n’avoir pas trop déjeuner ET ne pas être au dernier rang du 4&4.

Nous arrivons enfin au bout de la piste, au bord d’une rivière où attendent déjà quelques bateaux. Une heure de bateau très très rapide plus tard, nous voici débarquant sur l’île de Chichime. Nous sommes très gentiment accueillis et prenons possession de nos quartiers dans une cabane bien rustique à deux pas de la mer.

Notre petite cabane pour deux jours à Chichime aux San Blas

Notre petite cabane pour deux jours à Chichime aux San Blas

Au premier abord, on peut être un peu déçu car Chichime est une île de prédilection pour les voiliers et autres bateaux de plaisance qui s’y amarrent. Avoir en vis à vis direct des dizaines de bateaux gâche quelque peu le paysage de carte postale. Seulement voilà, contrairement à d’autres îles dont on fait le tour en moins de 5 minutes à pied, Chichime est de taille moyenne. Ainsi, quand nous avons entrepris de faire le tour nous avons bien mis 20 minutes. Au cours de notre exploration nous avons  vu qu’il y a avait le choix en matière de zone de baignades isolées.

Nos voisins les bateaux

Nos voisins les bateaux

Ce fut d’ailleurs une de nos activités favorites, la recherche du bout de plage parfait. C’est à dire, sable blanc, fin, pas de cailloux, d’algues ou de morceaux de coraux à l’entrée dans l’eau pour ne pas titiller les plantes de pieds fragiles, de l’eau rafraîchissante mais pas trop quand même, du soleil, des palmiers en vue, de l’eau turquoise et personne en vue. Difficiles nous ? Et bah on a trouvé!!! La plage au sable tellement doux que nous l’appellerons désormais la-plage-au-sable-doux dans le présent article.

Nous nous y baignerons plus tard car l’heure du déjeuner approche. Et pas n’importe quel déjeuner! A notre arrivée notre hôte nous a demandé si nous aimions les mariscos et la langosta. C’est donc l’appétit aiguisé que nous nous attablons avec le seul autre couple présent pour déguster une belle langouste accompagnée de riz au coco et d’une petite salade rafraîchissante. Un vrai régal!

Nous ne sommes que 4 avec ce couple de danois – ils sont partout ces danois!- à profiter de ce petit festin. C’est l’avantage de l’île de Chichime, elle est plus loin que les autres, et par conséquent moins fréquentée. Le ratio touriste au mètre carré est pour le coup idéal. Ca n’est pas que nous n’aimons pas les gens, mais l’idée c’est quand même de vivre quelques jours sur une île avec le bruit des vagues quoi.

Langouste et riz coco à Chichime

Langouste et riz coco à Chichime

Notre amie la pluie faisant son apparition, nous goûterons l’eau après une petite sieste digestive. Nous barboterons tout en admirant les nombreuses étoiles de mer qui parsèment le sable. La playa Estrella de Bocas Del Toro fait vraiment pâle figure à côté.

Des étoiles de mer !

Des étoiles de mer !

Le soir arrive, après un bon repas de poisson, riz et salade nous regagnons notre petite cabane et admirons le ciel étoilé.  Faute de douche fonctionnelle, nous nous endormons bercés par le bruit des vagues encore un peu collants de l’eau de mer.

Jour 2: sous le soleil exactement à Chichime

Nous nous réveillons sous un soleil éblouissant. Très vite, on nous appelle pour rejoindre le couple de danois pour un petit déjeuner, bien roboratif : beignet de maïs, oeuf et ananas.

Petit déjeuner à Chichime

Petit déjeuner à Chichime

Ensuite direction la plage-au-sable-doux, un vrai paysage de carte postale photoshopée. Il n’y a absolument personne, nous savourons complètement la beauté de l’endroit.

Notre plage-au-sable-doux aux San Blas

Notre plage-au-sable-doux aux San Blas

Il y a une petite excursion de prévue ce matin alors nous rejoignons notre cabane et nous attendons que le bateau arrive.

Nous embarquons sans vraiment d’idée sur notre destination. Le commandant s’arrête au beau milieu de la mer et nous fait signe de descendre. Non non, ça n’est plus une blague, ici, les fonds marins remontent et forment une piscine naturelle à l’eau transparente, turquoise. C’est très agréable et nous nous amusons à faire le tour de nous mêmes pour admirer la vue.

En vidéo, ça donne ça:

In the middle of nowhere from Damien Foodumonde on Vimeo.

Yeah, la mer est à nous !

Yeah, la mer est à nous !

Le reste du tour n’a aucun intérêt, d’abord un arrêt sur une île où il n’y a vraiment pas grand chose à faire. Le tour est bouclé en deux minutes et il n’y a pas d’endroit propice à la baignade. Le deuxième arrêt est pour une petite échoppe qui fait office de bar.

Nous en profitons pour apprendre ce qu’il est advenu du fameux ferry devant relier le Panama à la Colombie. En effet, il y a de cela quelques mois, il était encore possible passer la frontière en prenant le ferry, qui avait été mis en place par un allemand. Seulement, cela n’a pas tellement fonctionné et il n’était pas spécialement beaucoup rempli. Le ferry fut stoppé et laissé au port de Colon.

Entre temps, le même allemand a bloqué un de ses catamarans dans les fonds marins près de l’île de Chichime. En effet à moins d’être né dans le coin et de parfaitement connaître les fonds marins il n’est pas aisé de naviguer. Pour débloquer le catamaran, qui s’est bien enfoncé suite à un orage, cet investisseur allemand a fait appel au ferry qui était hors service depuis des mois.

Ce ferry est arrivé piloté par un capitaine inexpérimenté qui a à son tour bloqué son ferry dans les fonds marins !!!! Il y a donc à présent un catamaran et un ferry qui sont en train de moisir. Ils sont visibles depuis Chichime. Inutile de dire que les locaux sont furieux, surtout qu’il semblerait que l’investisseur ait pris la poudre d’escampette. Le ferry était là depuis moins d’une semaine quand nous sommes arrivés. Nous ne savons pas ce qu’il en est advenu par la suite.

Le repas du midi

Le repas du midi

Une fois rentrés sur notre île, nous réitérons le programme de la veille à savoir langouste, sieste, baignade, hamac, poisson, étoiles, dodo. Un seul bémol, le système de douche ne fonctionne toujours pas alors nous nous sentons plus que poisseux!

Jour 3: Changement d’île pour El Diablo

Ce matin, nous devons changer d’île. En effet, nous avons choisi de varier les plaisirs et d’opter pour l’ile d’El Diablo qui a de bon échos. (nota : c’est plus difficile de trouver des retours sur Chichime puisque moins fréquentée).

Dès notre arrivée, nous nous rendons compte que le tour de cette île est faisable en 5 minutes à pied. Nous observons aussi le nombre de cabanes et donc le nombre potentiel de personnes. Par chance, nous sommes en basse saison, alors ça n’était pas tellement plein et surtout, pas de groupe. Les touristes présents venaient de tout pays, c’est toujours un plaisir d’échanger les expériences de voyages.

Petite déception, sur El Diablo, il n’y a pas de plage pouvant rivaliser avec la plage-au-sable-doux. D’abord parce qu’à l’entrée de l’eau il y a tout un tas de petits cailloux. Ensuite, car s’agissant de la seule plage nous ne sommes plus seuls au monde. Pire, c’est ici qu’accostent les lanchas.

En contrepartie, en s »éloignant du rivage, nous avons pu faire du snorkelling au dessus de petits récifs de coraux. Certes ils sont moins beaux qu’à Utila mais nous y avons vu plein de poissons. En face de l’ile d’El Diablo, il y a l’ile La Pierro devant laquelle il y a une épave qui est depuis devenue un vrai lieu de vie sous-marin. Pour s’y rendre, entre 5 et 10 minutes de nage suffit.

Petit banc de poissons

Petit banc de poissons

L'épave de l'île El Pierro

L’épave de l’île El Pierro

L'eau est cristalline !

L’eau est cristalline !

Nous aurons le bonheur de prendre notre première douche depuis que nous sommes partis de Panama City! Quel bonheur de pouvoir mettre la tête sous de l’eau douce !

Le lendemain matin, nous nous levons dès l’aube pour pouvoir admirer le lever de soleil.

Lever de soleil à eEl Diablo

Lever de soleil à eEl Diablo

En pratique

Pour se rendre aux San Blas, il est possible de réserver via de nombreux hôtels à Panama City. Le forfait transport 4&4 et lancha est proposé pour environ 100$. A cela, il faut rajouter la taxe d’entrée sur le territoire Guna. Ensuite, il faut choisir son île, et l’option de logement : certaines îles proposent des dortoirs, tentes ou chambre privée. Plus l’île est loin, plus la nuitée est élevée et moins il y a de personnes. Avec les nuits sont compris les 3 repas de la journée hors boissons. La nuitée sur El Diablo en chambre privée est de 50$, de même pour Chichime. Un petit tour est inclus avec, mais il semblerait que toutes les îles proposent un tour similaire donc le faire une seule fois suffit.

Nous avons réservé un forfait 2 nuits sur l’île de Chichime et 1 nuit sur El Diablo. Le forfait inclue le transport aller-retour Panama City, le tout pour 270$. Ce qui correspond à quelques dollars près à ce que nous aurions payé en réservant tout séparément.

Nous avons laissé nos gros sacs à l’hôtel et avons juste pris les petits sac à dos avec, en vrac : maillot de bain, serviette, repellent, crème solaire, tongs, une tenue de rechange, près de 10L d’eau, des trucs à grignoter, et le must, notre kindle rétro éclairée, très pratique pour lire dans une cabane où le faible néon bleu peine à éclairer la pièce ! De vrais Robinsons version 3.0.

Nos impressions

Si nous ne devions choisir qu’une île, nous choisirions Chichime car nous y avons trouvé des petits coins magnifiques et isolés. Aussi, les cabanes sont plus spacieuses et disposent d’un petit plancher de bois. Cerise sur le gâteau, la nourriture est vraiment excellente ! Après, varier avec une seconde île comme El Diablo permet de faire un peu de snorkelling et d’échanger avec plus de voyageurs venus du monde entier !

Nous recommandons vraiment de se rendre aux San Blas lors d’un voyage au Panama. Certes un peu cher, mais l’expérience est inoubliable, c’est l’un des clous de notre voyage au Panama. Et nous savons maintenant que nous sommes tout à fait aptes à survivre sans se laver pendant plusieurs jours et sans internet 🙂

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

deux × deux =