Amérique du Sud Colombie

Salento et la vallée de Cocora aux palmiers géants

Même si nous nous plaisions bien à Jardín, nous avons fini par en partir pour nous rendre à Salento et la fameuse vallée de Cocora.

De Jardín à Salento

Il y a deux façons possibles pour rallier Jardín à Salento. La première est la plus évidente, en continuant vers le sud par Rio Sucio. Seulement, la route est très mauvaise et notre hôte nous a recommandé de prendre le bus pour Manizales même si pour cela nous faisions un détour par le nord et La Pintada.

Au final, tout s’est très bien enchaîné: en moins de 5h nous étions à Manizales, 1h15 après nous atteignions Pereira et enfin 1h après Salento. Au total, 3 bus pour 8h de voyage!

Mauvaise surprise en arrivant, nous n’avions réservé qu’une nuit et espérions prolonger sur place. Mais il s’avère qu’il s’agissait d’un long week-end, celui du 15 août qui ici aussi est férié, de sorte que 99% des hôtels de Salento étaient pleins. Les chambres restantes sont bien évidemment hors de prix, au moins un facteur 2. Nous nous sommes résignés à réserver deux nuits pour le reste du week-end pour la modique somme de 130 000 COP la nuit, soit le triple de ce que nous avons payé à Jardín!

Dans les rues de Salento un long week-end du 15 août!

Dans les rues de Salento un long week-end du 15 août!

 

Balade dans la vallée de Cocora

Le lendemain matin, après avoir changé d’hôtel nous prenons un pick up sur la place centrale. Une demi-heure plus tard nous voici arrivés dans la vallée de Cocora. Le paysage de cette vallée avec les palmiers géants est un des plus connus de Colombie. En ce week-end du 15 août nous craignons le monde mais finalement c’est tellement grand que nous ne nous sommes pas sentis étouffer.

Dans un premier temps, nous prenons le chemin pour nous rendre à la casa de colibri. Ce chemin nous conduit rapidement à un sentier dans la forêt, et nous empruntons alors une succession de ponts suspendus qui balancent bien 😊 Le chemin n’est pas très difficile, un peu boueux par endroit mais très faisable en mode tranquille.

En un peu moins de deux heures nous atteignons la casa de colibri dont l’entrée est payante: le prix est dérisoire, 6000 COP sachant que cela contribue à l’aménagement des sentiers. En prime, nous aurons même droit à un chocolat chaud et une boisson fraîche. Le tout, en admirant les colibris qui nous entourent! Nous n’en avons jamais vu d’aussi près.

Le joli colibri!

Le joli colibri!

Nous rebroussons chemin pour reprendre l’embranchement menant à la Montana: une petite grimpette d’une bonne demi heure pour nous rendre au sommet de la montagne! De la haut, la vue est belle mais pas époustouflante..

Nous empruntons alors la route bitumée allant vers la vallée.. et peu de temps après, nous sommes récompensés de nos efforts! En effet, les palmiers se dressent majestueusement devant nous ! Nous prenons photo sur photo, complètement sous le charme de ces palmiers géants avec 4 feuilles au sommet 😀

Magnifique vallée de Cocora

Magnifique vallée de Cocora

On ne s'en lasse pas

La vallée de Cocora vue d’en haut

Paysage saisissant !

Paysage saisissant !

Des palmiers et des vaches !

Des palmiers et des vaches !

Nous ne résistons pas à l’envie de descendre dans la vallée près des vaches. L’herbe est moelleuse à souhait, c’est un spectacle un peu incongru ces vaches paisibles au pied de ces palmiers!

Une rencontre au bout du monde

Sur le chemin du retour vers le parking, nous parlons en français entre nous ce qui attire l’attention d’une petite famille en vacances loin de la France! Les parents sont colombiens et n’étaient pas retournés dans leur pays depuis 18 ans, et leur fils découvre donc aujourd’hui leur pays qui fait aussi partie de ses racines.

Nous apprenons que le père vient de Medellin que justement nous avions beaucoup aimé! Et cerise sur le gâteau, ils habitent Chatillon, en gros nous sommes voisins en France! Nous rentrons ensemble sur Salento, et discutons ensuite autour d’un verre. Ce qui est dingue, c’est qu’à Paris, ce genre de rencontre est improbable. Nous nous sommes peut être déjà croisés sur la coulée verte sans se saluer même. Il n’a fallu que quelques mots de français pour lier le contact ici en Colombie. Alors spéciale dédicace à la famille E. Et à bientôt autour d’un apéro en France avec plaisir!

Le jeu du tejo

Le soir venu, nous avons rendez-vous avec un couple belge qui était dans le même hôtel que nous la veille. Au programme, le jeu du tejo! Il s’agit d’une sorte de pétanque colombienne, dont le principe est le suivant: sur un petit terrain de terre boueuse on dispose un fer à cheval avec des pétards dessus. Le but est de lancer des sortes de gros galets et de viser les pétards pour les fautes exploser! Le nombre de points est différent selon que le pétard explose ou la position du galet la plus près du fer.

Le jeu du trio

Le jeu du tejo

Nous nous lançons dans une partie épique dans le terrain pour enfants où nous ne brillons pas par nos prouesses.. Belgique 1, France 0. En regardant les parties jouées par les locaux nous ne pouvons qu’être impressionnés par la précision! Surtout si l’on considère le nombre de bières!

En pratique

  • Se rendre à Salento: bus pour Manizales, 37 000 COP et 05h environ. Bus pour Pereira, 8000 COP et 01h15. Bus pour Salento 6500 COP pour moins d’une heure.
  • Se loger à Salento: pour la première nuit, la Casa Eliana pour 60 000 COP la chambre avec sdb partagée. Endroit sympathique qu’il nous a fallu quitter pour cause we du 15 août. Nous nous sommes réfugiés au El Buen Descanso pour 130 000 COP la nuit, pour une chambre ultra kitsh avec sdb privée et petit déjeuner.
  • Se rendre à la vallée de Cocora: prendre un pickup 3600 COP sur la place centrale, 07h30, 09h30, 11h. Les retours se font une fois le pickup plein. L’entrée dans la vallée est gratuite, seule la casa de colibri est payante 5000 COP
  • Manger à Salento: impossible d’aller au Rincon de Lucy, restaurant local très prisé en ce week-end. Nous nous sommes rabattus sur les endroits pour gringos: des burgers énormes au Brunch idéal pour les grosses faim, la crêperie de la ville aux crêpes sucrées honnêtes mais le reste moins goûteux. Le dernier soir, petit plaisir au restaurant de la Casa Eliana dont le patron espagnol a inscrit quelques tapas à la carte. Le chorizo et le manchego ont ravi nos papilles!
  • Jouer au Tejo: à Los Amigos, la partie est à 5000 COP par joueur bière incluse. Le barman est vénézuélien et n’est là que depuis quelques mois, très accueillant.

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

dix-huit − 14 =