Amérique du Sud Colombie

Villa de Leyva, Mongui et le paramo de Oceta: le département Boyaca en Colombie

Après une belle étape dans le petit village de Guadalupe, nous poursuivons notre découverte des petits villages colombiens dans le département de Bocaya: Villa de Leyva puis Mongui et le paramo de Oceta.

Villa de Leyva

Notre arrivée à Villa de Leyva

Depuis Guadalupe, nous reprenons de très bon matin le pickup pour Oiba. Plutôt chanceux pour la correspondance, nous enchainons avec un bus pour Arcabuco puis pour Villa de Leyva. Nous arrivons ainsi vers midi. A deux pas de la gare routière, nous trouvons une chambre des plus confortables à prix très correct.

Premières impressions sur Villa de Leyva: il y fait froid !! La veille encore nous transpirions à Guadalupe mais ici nous ressortons les pulls. Le temps pluvieux n’arrange en rien les choses, et ça fait longtemps que nous n’avions pas vu notre amie la pluie.

La grande place est de taille impressionnante, il s’agit d’ailleurs de la plus grande du pays. Mais elle nous a semblé fort peu animée, le temps peut-être être? Toujours est-il il que l’ambiance générale était un brin morose, mais sans doute étions-nous nous influencés par notre fatigue latente.

La grande place de Villa de Leyva

La grande place de Villa de Leyva

Nous nous baladons dans les rues, fort charmantes même si un brin tristes en ce calme après midi. Nous regagnerons notre chambre dans l’hôtel désert pour nous reposer !

Villa de Leyva sera donc pour nous une courte étape, avant de continuer plus encore vers Mongui.

En pratique à Villa de Leyva

  • Se rendre à Villa de Leyva: de Guadalupe, reprendre le pickup jusque Oiba. nous avons pris celui de 06h30 ensuite il faut attendre 10h. Depuis Oiba, prendre le bus jusque Arcabuco (18 000 COP 02h) puis changer pour Villa de Leyva (6500 COP 1h30) .
  • Dormir à Villa de Leyva: nous avons dormi aux Balcones de San Sebastian, à 3 min de la gare. 50 000 la chambre avec sdb privée très confortable, très calme.
  •  manger: au café de La Barra, très bon menu à 10 000 le midi incluant une soupe, un plat principal et un jus de fruit.

 

Mongui

Notre arrivée à Mongui

Le voyage est rapide depuis Villa de Leyva jusque Mongui, même si il nous a fallu pas moins de 3 bus: d’abord nous avons rejoint Tunja en 1h, puis Sogamoso, grosse ville toute grise. Et enfin le petit village de Mongui !

Arrivés à Mongui, nous rencontrons sur la place un guide avec qui nous prenons rendre vous très matinal -6h- le lendemain pour nous rendre au paramo de Oceta. Explications à suivre !!

Malheureusement pour nous, toute option d’hébergement bon marché est à oublier à Mongui, il y en a peu et il n’y en a plus. Nous voilà donc pour deux nuits dans une chambre immense et froide d’un petit hôtel de charme. Voilà qui nous change de nos hôtels budgets!

Notre hôtel de charme à Mongui!

Notre hôtel de charme à Mongui!

La place du village de Mongui

La place du village de Mongui

Vue de Mongui

Vue de Mongui

Il fait encore plus froid qu’à Villa de Leyva. A l’occasion de la randonnée de demain qui promet d’aller en altitude, nous préparons alors gants, polaire, gilets, écharpe, doudoune. L’occasion d’utiliser certains éléments encombrants nos sacs à dos et toujours pas utilisés!

Le soir venu, nous dinons ultra tôt puisque comme dans d’autres villages visités avant, les restaurants ferment très tôt. Ici, nous avons trouvé sur la place un restaurant local très bon marché mais fermant ses portes à 20h. C’est toujours 1h30 après qu’à Guadalupe 🙂

Le Paramo de Oceta

Si nous sommes venus jusque Mongui, ça n’est pas vraiment pour sa place du village même si plutôt mignonne! Mais nous sommes venus jusqu’ici car c’est le point de départ pour une belle randonnée dans le paramo de Oceta.

Le paramo est un biotope que l’on ne trouve que dans les Andes et en altitude entre 3000 et 4000m, avant la limite des neiges éternelles. C’est un paysage unique et complètement barré et hors du temps. Des plantes gigantesques aux formes incroyables, qui s’étalent à perte de vue pour former un panorama complètement irréel.

Le matin de la rando, lever 05h15. Ça pique pas mal. D’autant plus que le petit déjeuner négocié à 05h45 sera oublié -pas étonnant vu l’heure – et nous partons donc le ventre vide. Nous rejoignons notre guide sur la place du village.

Pendant un peu plus de 02h nous montons sans relâche, c’est assez difficile sans trop d’énergie alors nous grignotons sur la route. Le temps est assez gris et pluvieux par moment. Nous croiserons des petites sculptures dont la signification nous échappe quelque peu. Le panorama matinal sur Mongui est juste magnifique.

De drôles de petits bonhommes

De drôles de petits bonhommes

Panorama matinal de Mongui

Panorama matinal de Mongui

L’altitude se fait un peu ressentir, le souffle se fait un peu plus court. La récompense est proche puisque dès 3500m nous pouvons observer nos premiers frailejones, ces plantes psychédéliques caractéristiques du paramo.

Énorme frailejone!

Énorme frailejone!

Mais ça n’était qu’un hors d’oeuvre car arrivés en haut, le spectacle laisse sans voix. La montée a laissé des traces dans les jambes mais en valait la peine!!

Le magnifique paramo de Oceta

Le magnifique paramo de Oceta

Décor complètement irréel

Décor complètement irréel

Des plantes inconnues

Des plantes inconnues

Ça laisse sans voix

Ça laisse sans voix

La balade ne s’arrête pas là, il y a en fait tout un circuit réalisable sur le paramo de Oceta: en chemin, des cascades, des canyons, de nombreuses plantes complètement inconnues aux formes toutes différentes, des lagunes.. On croirait marcher dans un décor de science fiction sorti tout droit d’un roman de Barjavel.

La belle cascade!

La belle cascade!

Une tête se cache par ici, sauras tu la retrouver?

Une tête se cache par ici, sauras tu la retrouver?

On en oublierait presque qu’il fait super super froid !! Au moment le plus froid de la journée, avec la pluie et le vent glacial qui a eu la bonne idée de se pointer, je portais un t shirt merinos, un pull merinos, une polaire, une veste gore tex, une écharpe cagoule, des gants. Et j’avais FROID!

Au terme de cette randonnée et de ses quelques 18km, c’est avec plaisir que l’on retrouve la chaleur relative de Mongui !!

Bref, l’effort est parfois intense, surtout complexifié par l’altitude si on n’en a pas l’habitude et par le froid, la pluie et le vent. Mais la récompense est vraiment belle 🙂

En pratique à Mongui

  • Se rendre à Mongui: depuis Villa De Leyva, rejoindre Tunja (6500 COP 1h), il y a un bus environ toutes les demi-heures. Changer pour Sogamoso (7000 COP 1h30) et enfin pour Mongui (3600 COP 45 min)
  • Dormir à Mongui: nous n’avons pas tellement eu le choix et c’est donc un peu hors budget habituel. Nous avons dormi à l’hôtel Calicanto Real, dans une chambre immmmmmense pour la bagatelle de 90 000 COP avec un excellent petit déjeuner inclus.
  • Manger à Mongui: pour 8000 COP, nous avons dîné (avant 20h) au restaurant qui fait le coin de la place, à l’angle en bas à gauche de l’église. Avec soupe, plat principal et jus inclus
  • Le paramo de Oceta: nous avons payé notre guide 50 000 COP pour nous deux. C’est lui qui nous abordé sur la place, mais il y a aussi un petit office de tourisme qui peut fournir des contacts. Nous ne donnons pas les coordonnées de notre guide que nous ne souhaitons pas recommander. Nous avons aussi rencontré un couple randonnant sans guide. 

You Might Also Like

1 Commentaire

  • Reply
    Derniers jours en Colombie à Bogota - Foodumonde
    17 septembre 2016 at 4 h 19 min

    […] Villa de Leyva, Mongui et le paramo de Oceta: le département Boyaca en Colombie […]

  • Laisser un commentaire

    un × 5 =