Asie Bilan par pays Myanmar

Myanmar, le bilan c’est maintenant !

Notre voyage au Myanmar a démarré sur des chapeaux de roue avec un passage de frontière mémorable, coincés dans le no mens Land suite à une coupure d’électricité. Après 24 jours passés là bas, voici notre bilan: Itinéraire, budget, météo, point hébergement et transport, et notre top & flop!

Itinéraire pour 24 jours au Myanmar

Hpa An (4 jours)-> Mandalay (2 jours) -> Hsipaw (4 jours)-> Kalaw-inle (1+3 jours de trek+3 jours au lac) -> Bagan (4 jours) -> Yangon (3 jours)

Avec le recul, on aurait supprimé un jour à Inle, Bagan et Yangon, et rajouté deux jours encore pour découvrir les plages birmanes. Nous avons pris notre temps, et étions aussi contraints par notre vol depuis Yangon ..

Climat au Myanmar en Janvier Février

Voyage effectué du 21 janvier au 14 février 2017

Le Myanmar est le premier pays où nous n’avons pas connu une seule goutte de pluie. Les journées en janvier février sont très chaudes, et les nuits sont fraîches. Prévoir de quoi se couvrir lors des treks mais aussi pour les levers de soleil sur Bagan par exemple​!

De notre expérience, janvier février est donc une bonne période d’un point de vue climatique.

Activités au Myanmar

Pas de surprise, l’activité principale quand même au Myanmar c’est de visiter des pagodes: dans les grottes à Hpa An, dans la mythique plaine de Bagan, à Yangon pour la fameuse pagode Shwedagon, sur le lac Inle, à Mandalay etc etc

Bref, on vous avoue que sur la fin, nous n’avions quand même plus le même émerveillement !! Ensuite, outre ces visites de pagodes à rendre fou les réticents à enlever leurs chaussures, nous avons aussi:

  • Pris plaisir durant le trek Kalaw Inle mais encore plus durant le trek autour de Hsipaw,
  • Savouré la quiétude d’une journée sur le lac Inle,
  • Transpiré à Hpa An lors de l’ascension du mont Zwegabin.

À travers la campagne de Hsipaw

Une journée sur le lac Inle

Au sommet du mont Zwegabin

 

Budget pour 24 jours au Myanmar

Nous sommes venus avec quelques dollars, très utile si comme nous une grosse panne d’électricité gèle tout au passages e frontière ! Pour le reste, nous avons retiré de l’argent sans encombre avec nos cb visa.

Le taux de change était de 1€ pour 1400 kyats. Nous avions budgétisé 21€ par jour et par personne, hors visa. Au final, nous avons dépensé 1058€ soit un dépassement de 50€: le budget réel est donc de 22€ par personne. Pourquoi ce dépassement ? Et bien il aurait très facilement pu être évité, mais nos estomacs par deux fois malades nous ont réclamé furieusement sur la fin des saveurs moins birmanes ! Rien de bien grave cependant et pas de regret!

Par ailleurs, c’est vrai aussi que pour le trek autour de Hsipaw nous n’avons pas essayé d’aller au moins cher, privilégiant un guide indépendant et là encore, sans regret aucun.

Répartition des dépenses au Myanmar

 

Indice des prix

  • Une nuit en chambre double, avec AC, petit déjeuner et sdb: de 20$ à 30 $
  • Un trajet en bus de nuit : en moyenne, 15 000 kyats
  • Location de scooter ou ebike: 6000 kyats par jour
  • Un repas:
    •  dans un boui-boui : 500 kyats par personne
    • au restaurant birman : 2000/3000 kyats en moyenne par plat
    • au restaurant de cuisine internationale : 6000 kyats par pkat
  • Un coca: 500 kyats
  • Un paquet de cigarettes : 700 kyats

Hébergement

Il n’y a pas beaucoup d’offre de logement à tout petit prix disponible à la réservation sur les sites comme Agoda ou Booking. L’offre n’est pas vraiment destinée à un public de Backpaper puisque hormis à Yangon il n’y a pas de dortoir. Sur place, il est probablement possible de trouver des hébergements moins cher, mais arrivant souvent au milieu de la nuit on s’est épargnés les recherches au petit matin..

Notre chambre la plus chère, à Inle pour 30$ pour un confort bienvenu après avoir enchaîné les treks.

Notre chambre la moins chère 12$ à Hsipaw. Pour ce prix là, pas de clim, mais pas nécessaire car les nuits y sont fraîches ! En revanche, ailleurs, quand la chaleur est vraiment étouffante le ventilateur peut s’avérer insuffisant.

Transport

Pour la première fois, nous avons rallié deux villes, Kalaw et Inle, à pied! Pour le reste, nous avons privilégié les bus de nuit: 4 bus de nuits et 1 bus de jour. De manière générale, nous avons réservé nos bus en faisant le tour des agences car les prix variaient. Nous avons presque à chaque fois pris la classe la moins chère, très acceptable hormis la climatisation​ frigorifique ! Seule exception, le trajet Bagan Yangon en bus VIP.

Nourriture

Ce fut un peu la déception de ce séjour au Myanmar : la cuisine, sans être pour autant mauvaise, est loin de rivaliser avec la finesse de la cuisine vietnamienne ou thaïlandaise. Ou japonaise. Ok on s’arrête là ! Bref, les nouilles shan et le curry birman, c’est pas très varié, souvent très gras! Et puis, première fois en Asie, nous avons été plusieurs fois malades.

Au déjeuner : les nouilles shan

 

Formalités d’entrée sortie au Myanmar

Les ressortissants français ont besoin d’un visa délivré au préalable avant de se présenter à la frontière birmane. Pour cela, le plus simple et rapide est encore de le faire en ligne, c’est l’affaire d’une dizaine de minutes sur le site officiel du evisa birman. Coût de l’opération, 50 $ pour un visa de 28 jours valable 90 jours. Il n’est plus intéressant de le faire à l’ambassade de Bangkok suite à la dernière hausse de prix (1600 baths pour le visa délivré le en 3 jours).

Notre top 3

  • Le lever de soleil sur la plaine de Bagan parsemée de pagodes,
  • Notre trek dans la campagne de Hsipaw, en petit comité, et tous les locaux croisés,
  • Nos virées à scooter dans la campagne de Hpa An et ses montagnes karstiques.

Le lever de soleil depuis Shwe San Daw

A la rencontre des enfants shan autour de Hsipaw !

On the road again à Hpa An!

 

Notre flop 3

  • Avoir été malade plusieurs fois, juste avant un trek ou juste avant un bus de nuit!
  • La nourriture assez monotone en comparaison avec ce qu’on a pu déguster ailleurs en Asie,
  • Les bus de nuits qui nous débarquent à 04h du matin.

Le mot de la fin

Nous nous sommes quelque peu questionnés avant de choisir de partir au Myanmar, ou ex Birmanie: le tourisme y est bien plus contrôlé qu’ailleurs, dans la volonté de cacher ce qui se passe dans les zones interdites d’accès. Que ce soit les conflits internes entre différentes minorités ou ce que l’on peut lire dans la presse internationale concernant le massacre des rohingyas. Pour autant, faut il boycotter le Myanmar ?

Nous ne prétendons pas avoir la réponse à cette question, même si pour nous, le boycott n’est pas une solution miracle. Après ces quelques semaines dans ce pays aux habitants si accueillants, souriants et curieux, oui, nous ne regrettons pas d’être allés à leur rencontre. Ce pays nous a émerveillé mais ce sont surtout ses habitants qui nous ont touchés.

Après nous pouvons comprendre les réticents, mais pour les autres, allez y les « yeux ouverts »!

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

cinq + trois =