Amérique du Sud Brésil

Journée loose à Rio !

En voyage, tout ne se passe pas toujours comme prévu ou comme on le voudrait. Ce fut le cas pour notre dernière journée à Rio en mode loose.

Après l’échec de lundi, nous nous faisions une joie d aller enfin voir admirer le Pain de Sucre, après avoir tenté une première fois mardi, mais une fois arrivés: téléphérique toujours en maintenance. Alors un conseil, en cas de doute, téléphonez avant car sur le site Internet, pas un mot la veille!
En guise de consolation, nous avons fait la petite ballade sur le Pain de Sucre qui permet de croiser plein de petits mikos, ou petits singes de la région.

foodumonde_rio_13

Famille de mikos

Et, car rien de tel qu’un bon repas pour se redonner la pêche, nous avons testé un petit restaurant au kilo pas loin de notre hôtel, où manifestement viennent manger tous les travailleurs du coin. Pour choisir, c’est simple, si ca sent bon et si y a des gens, ça se teste.
Alors ça ressemble à un gros gloubi goulba, mais le principe est simple, on prend son assiette à l’entrée, et on se sert dans un buffet varié d entrées froides et de plats chauds de toutes sortes, on fait peser, et on paye en partant. Pour le coup, à 2.99 real les 100g, c’est une façon peu onéreuse de goûter à la cuisine locale de tous les jours.

foodumonde_rio_4

Manger dans un restaurant au kilo à rio

L’après-midi, je voulais vraiment visiter une favela mais avec un point de vue intérieur, et j’avais pris rdv complètement en dernière minute avec Anabelle qui a vécu 3 ans dans la favela de Rocinha. Bref, le rdv est pris pour une heure donnée au bout de la passerelle reliant Rocinha et le quartier de San Corvado, et nous décidons d’y aller en bus. Bon alors, grosse grosse loose, le chauffeur de bus nous a complètement baladé, à moins que nous n’avons pas du tout réussi à nous faire comprendre – mais j’ai un doute, parce que bon passarela de rocinha c’est quand même très parlant – et au bout d’un looong moment le quartier de Lebon semblait bien trop loin, bref, on a fini par descendre du bus – rempli de locaux- au milieu d un carrefour histoire de pouvoir faire facilement demi tour. L’heure du rdv était bien passée, et pas moyen d appeler pour prévenir, ça rappelle l’époque où l’on se donnait rdv à un point précis à une heure précise, quand personne n’avait encore de portable. Voilà, ce fut le deuxième rdv manqué de la journée … Ou deux occasions de revenir à Rio!
Cette dernière journée à Rio en mode loose a un petit goût tristounet, alors autant la finir sur une bonne caipirinha !

Une caipï, et c'est la belle vie !

Une caipï, et c’est la belle vie !

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

5 × 5 =