Amérique Centrale Costa Rica

Cahuita et ses singes voleurs

Après le fiasco de Tortuguero, nous avons hâte de quitter cette île avec le bon espoir qu’à notre prochaine étape, Cahuita, le soleil soit enfin de la partie!

De Tortuguero à Cahuita

Nous avons pris la première lancha partant de Tortuguero à 05h30, le jour se levait à peine. Arrivés à La Pavona, nous avons repris le bus pour Cariari, et nous espérions trouver un bus direct pour Cahuita. Ah que nous étions optimistes ! Au final, nous enchaînerons pour un deuxième bus pour Guapiles, un troisième bus pour Limon, et enfin un quatrième et dernier bus pour Cahuita. Une bonne session de transport comme on les aime !

Nous arrivons à Cahuita en début d’après midi et nous nous installons à notre hôtel situé, une fois n’est pas coutume, à quelques dizaines de mètres du terminal de bus. Le propriétaire de l’hôtel est tout récent, il s’agit d’un expatrié français qui a racheté l’hôtel il y a à peine une quinzaine de jours. En gros, nous sommes en Amérique centrale depuis plus longtemps que lui 🙂

Nous errons quelque peu dans les rues de Cahuita mais le tour est vite fait, c’est tout petit et très très calme. C’est simple, il n’y a quasiment personne dehors !

Le soir même, nous retrouvons nos compagnons français rencontrés à Tortuguero qui sont aussi sur Cahuita pour quelques jours. Après un bon plat de pâtes et un smoothie à la mangue 100% naturel, il est temps d’aller dormir dans notre super chambre climatisée … C’est grave, nous commençons à nous habituer à plein de confort !

Le parc national de Cahuita

Le lendemain matin, il pleut. Enormément. Gros prétexte pour rallonger la nuit. Nous finirons par nous aventurer au parc de Cahuita sur les coups de midi, sans soleil, mais sans pluie. Le parc comporte deux entrées : l’une à Cahuita et l’autre à Puerto Viejo. A Puerto Viejo, l’entrée est de 10$ et à Cahuita sur donation.

Dès l’entrée, le ton est donné. Le chemin est tout de suite plus naturel et plus sauvage que Manuel Antonio. Et beaucoup moins emprunté. Il longe la plage jusqu’à la Punta de Cahuita. Sur la route, nous ouvrons grand les yeux, mais à part quelques énormes araignées nous ne verrons pas grand chose.

La belle araignée !

La belle araignée !

Arrivés à la pointe au bout d’une heure et demi, un garde présent nous demande si nous souhaitons continuer. Il est possible de continuer de marcher jusqu’à rejoindre l’entrée à Puerto Viejo, moyennant 02h, ou sinon faire demi-tour. Etant donné l’heure, il faut se décider rapidement, car l’accès à la Punta est fermé après 16h. Nous décidons donc de continuer jusque Puerto Viejo.

Le long de la plage à Cahuita

Le long de la plage à Cahuita

C'est d'un calme !

C’est d’un calme !

La faim se faisant sentir, nous sortons nos sandwichs. Quelle mauvaise idée !!! Les singes que nous désespérions de voir jusque ici apparaissent tout d’un coup, et se jettent littéralement sur nous pour nous voler notre nourriture ! Je me moque de Damien qui a vite abandonné son sandwich mais je ris moins quelques minutes après quand je me fais courser par un singe et que j’abandonne à mon tour la fin du mien.

Un peu partout, des panneaux stipulent de ne surtout pas nourrir les animaux, mais je suppose que certains ont du passer outre quand on voit à quel point certains singes ne sont pas DU TOUT farouches et n’hésitent pas à venir au contact.

Singe voleur de Cahuita

Singe voleur de Cahuita

Nous attendrons finalement d’arriver à Puerto Viejo pour terminer de pique niquer en toute tranquillité ! Heureusement, nous n’attendrons pas très longtemps le bus qui nous ramène à Cahuita.

Le soir même, nous irons dîner à la Pizzeria Cahuita tenue par un expatrié italien : un régal. Vraiment, bon on se répète mais c’est tellement vrai, nous saisissons toute bonne opportunité de varier du pollo con arroz y frijoles !

Fabrication de chocolat à Bribri

Le lendemain matin, il pleut. Bis repetita. Nous bravons la pluie pour tester le petit déjeuner dans une boulangerie française repérée sur Internet. Verdict : le bonheur. Pain chocolat, croissant aux amandes, et tresse chocolatée : ce que les bonnes viennoiseries nous avaient manqué !!

Tout début d’après midi, nos compagnons français viennent nous chercher par surprise et nous proposent d’aller visiter une « ferme » pour apprendre à faire du chocolat. Nous avions déjà visité une petite fabrique de chocolat au Guatemala à San Pedro, nous pourrons comparer ainsi.

Nous nous mettons en route pour le petit village au nom très drôle de Bribri. Pour toute indication, nous avons une feuille avec un plan dessiné à la main par la propriétaire de leur hôtel. Arrivés à Bribi, il faut passer le terminal d’autobus, une rivière, des terrains de foot et pouf on est arrivés. A peu de choses près !

Nous étions un peu sceptiques au début car nous avons été accueillis non pas par les habitants de l’endroit mais par une personne travaillant dans le tourisme. Elle n’était là somme toute que pour récolter les billets. Mais finalement, la visite s’est avéré très intéressante.

Nous avons d’abord grillé les grains de cacao, puis les avons écrasés. Pour séparer le cacao de la fine pellicule enveloppant les grains, il faut les faire sauter un peu comme lorsque l’on fait rissoler des légumes en cuisine. La pellicule, plus légère, retombe par terre et seul le cacao reste. Il faut ensuite le moudre, et enfin il est prêt à l’emploi : nous le dégustons avec de l’eau chaude, de la cannelle et du sucre. Un peu particulier comme chocolat chaud mais Damien a particulièrement aimé.

On grille les grains de cacao

On grille les grains de cacao

On écrase le tout

On écrase le tout

Il reste à enlever les petites pellicules

Il reste à enlever les petites pellicules

Le moulin à cacao

Le moulin à cacao

Finalement, c'est simple !

Finalement, c’est simple !

En pratique

  • Se rendre à Cahuita: depuis Tortuguero, il est peut être possible de faire plus direct mais nous avons du prendre la lancha (1h 2600 CRC), un bus pour Cariari (1h15, 1100 CRC), un bus pour Guapiles (35 min, 460 CRC), un bus pour Limon (1h30, 2135 CRC), changer de terminal à Limon, un bus pour Cahuita (1h15 1750 CRC)
  • Dormir à Cahuita : nous avons dormi aux Cabinas Cahuita, très bien situé, chambre double avec sdb privée climatisée pour 28$, cuisine commune et petite piscine
  • Parc National de Cahuita : entrée sur donation à Cahuita, 10$ à Puerto Viejo. Le bus de Puerto Viejo à Cahuita passe une fois par heure de ce que nous avons compris, nous avons eu de la chance en n’attendant que 10 minutes.
  • Fabrique de chocolat à Bribri : comme un peu partout en Amérique Centrale, il n’y a pas vraiment d’adresse, mais une fois à Bribri un local saura vous l’indiquer. Visite très interessante, avec en prime un petit jardin de plantes médicinales. Le coût initial de la visite était de 15$ par personne, au final 20 000 CRC pour 5. Nous regrettons que le premier contact ne soit pas fait directement avec un local.
  • Où manger à Cahuita : pour les amateurs de cuisine italienne, cap sur la Pizzeria Cahuita, à côté du « bureau » de police du côté de la Playa Negra. Excellentes pizzas et lasagnes. Pour ceux en manque de viennoiseries française, n’hésitez pas à aller à Cafe y Delicias sur la Main Road.

You Might Also Like

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

quatre + neuf =